Le CBD et la maladie de Huntington

La maladie de Huntington affecte 5 personnes sur 100000. Bien que rare et peu connue, cette maladie neurodégénérative concerne généralement les personnes de 35 à 45 ans et a pour origine la mutation d’une protéine qui porte atteinte aux cellules nerveuses.

 

D’origine génétique, la maladie de Huntington ne détient, à ce jour, aucun remède. Heureusement, de nombreuses recherches ont permis aux patients d’améliorer leur cadre de vie, voire de retarder les méfaits de la maladie.

Parmi les alternatives thérapeutiques les plus appréciées figure le CBD. L’Université de Cordoue (UCO) en collaboration avec l’Université Complutense de Madrid et l’entreprise cordouane VivaCelle Biotechnology ont, en effet, permis de mettre en valeur l’effet neuroprotecteur des cannabinoïdes en cas de maladie de Huntington. En plus d’améliorer les symptômes de la maladie, le composé actif du CBD, dit cannabigerol, rend les traitements médicamenteux plus efficaces. 

 

Et pour cause, celui-ci exerce une action anti-inflammatoire et neuroprotectrice, en réparant les neurones affectés.  Par ailleurs, il a été démontré que le CBD optimise les capacités antioxydantes des neurones, tout en restant fiable et tolérable, même à une dose plus ou moins conséquente.

 

Qu’il s’agit de la maladie de Parkinson, d’Alzheimer ou de Huntington… le CBD permet de soulager les maladies neurodégénératives en réparant, en protégeant et en nettoyant les cellules nerveuses. Il protège les cellules nerveuses de l’apparition de plaques séniles et favorise le renouvellement des neurones. Que la dégénérescence cellulaire soit liée à l’âge, à un traumatisme, à la génétique ou à toute autre raison, le CBD constitue, ainsi, une ressource thérapeutique naturelle de choix, accessible à tous.