Nous ne faisons pas partie de l'association ADEF mais nous adherons totalement à leur manifeste:

 

  • Nous sommes responsables du bien-être, physique et psychique, des Résidents que nous accueillons.

 

  • Nous sommes responsables envers les familles de la qualité de l’accueil et de l’accompagnement des personnes qui leur sont chères.

 

  • Chacun d’entre nous contribue au bien-être de l’ensemble des collaborateurs.

 

  • La Bientraitance n’est pas pour nous un vain mot ou un slogan, mais un objectif permanent, un horizon constant, notre raison d’être et d’exister professionnellement. Elle ne doit jamais être considérée comme acquise mais exige un fonctionnement adapté de l’entreprise et de ses acteurs.

 

  • Pour cela, nous nous engageons à offrir toutes les conditions et l’ensemble des moyens et outils nécessaires : une organisation solide et juste, une valorisation de l’autonomie professionnelle et du travail pluridisciplinaire ainsi que des méthodes modernes et innovantes.

 

  • Nous ne méconnaissons pas les difficultés inhérentes aux situations de grande dépendance, mais refusons catégoriquement d’infantiliser les Résidents, qui doivent participer dans la mesure du possible aux décisions petites et grandes les concernant. Plutôt que de se contenter d’afficher un respect purement formel de leur humanité, il s’agit d’accorder une attention pleine et entière à leurs préférences explicites et implicites, et de les considérer à tout instant comme des personnes dignes de ce nom.

 

  • Nous nous engageons ainsi à faire de chaque Établissement un véritable lieu de vie et d’y favoriser le maintien du lien social.

 

  • Afin de créer cette atmosphère propice à la Bientraitance, le bien-être des salariés, qui ne sont Pas que des professionnels de l’accompagnement ou des fonctions supports, doit également être pris en compte. Leurs mérites doivent être pleinement reconnus et il faut les encourager à s’exprimer librement, sans crainte d’être jugés ou censurés. Le travail en équipe n’est efficace en effet que si chacun se sent respecté par les autres et par sa direction. Pour favoriser le dialogue, il faut déjà établir les conditions d’une communication saine en interne.

  • Loin du consensus forcé, la confrontation des opinions est nécessaire à la bonne marche de l’Association, à condition de ne pas déroger à nos valeurs.

 

  • Cette ouverture d’esprit permet aussi d’améliorer constamment la qualité de l’accompagnement puisqu’elle interroge les pratiques et intègre les nouvelles connaissances en matière de grand âge et de handicap.

 

  • La réflexion éthique, en tant que capacité de changement et d’innovation, s’impose. C’est pour cela que nous avons mis en place une démarche éthique à laquelle chaque proche ou salarié peut contribuer et qui a pour vocation d’éclairer les dilemmes qui se posent dans l’Association, sans prétendre apporter des solutions toutes faites. En invitant ainsi l’ensemble des acteurs à une remise en question constructive, il s’agit de redonner du sens à une activité difficile et répétitive, qui court toujours le risque de devenir mécanique et impersonnelle.

 

Chacun de nous s’engage en somme à prendre part à un travail d’équipe pluridisciplinaire, à s’abstenir de tout jugement personnel, à accepter la différence et à s’élever à ce que nous portons en commun et qui constitue notre raison d’exister.